< Retour

KLASH, L’art en acte

 

DISPONIBLE À PARTIR DU 10 OCTOBRE

sur arte.tv, YouTube et les chaînes sociales d’ARTE !

 

Série documentaire
Concept, direction éditoriale et artistique : Frank Perrin
Direction de création et comité éditorial : Frank Perrin, Gilles Coudert, François Combin
Motion design : Guilherme Hoffmann
Voix : Joana Preiss
Auteurs des épisodes : Frank Perrin, François Combin, Gilles Coudert, Julien Devaux, Armelle Leturcq, David Liver, Virgile Novarina
Direction de production : Gilles Coudert
Production exécutive : François Combin
Coproduction : ARTE France, a.p.r.e.s Production, Urubu Films, Manifeste!

En partenariat avec le Centre national des arts plastiques

et avec le soutien du CNC

 

Date : 2022

Durée : 20 x 3 min.

Versions française et allemande

 

Klash ! L’art en acte révèle l’histoire secrète d’actes artistiques à la fois radicaux et décisifs, qui dialoguent avec des enjeux sociétaux actuels. Dévoilant une autre Histoire de l’art, cette collection de vingt films de trois minutes nous fait découvrir l’art contemporain sous un jour nouveau.

 

Le doigt d’honneur d’Ai Weiwei photographié devant les monuments célèbres du monde entier, les icebergs que fait fondre Olafur Eliasson devant le Panthéon en marge de la COP21, les tirs de Niki de Saint Phalle qui dénoncent les tabous de notre société, les boules de neige vendues par David Hammons sur un trottoir de New York ou le cyclope que Jean Tinguely fait surgir clandestinement dans la forêt… Et si l’art s’invitait dans la rue, loin des galeries et des musées, pour mettre en lumière les enjeux majeurs et les lignes de tension de notre société et bousculer les consciences ?

 

En vingt épisodes de trois minutes, cette série documentaire présente vingt œuvres contemporaines, insolites, impertinentes voire subversives et résolument politiques, des années 1960 à nos jours et provenant de tous les continents. Une autre Histoire de l’art se dévoile, plus clandestine, vue du côté de l’action et sous le signe de l’irruption radicale. « Souvent accomplis de façon spontanée, ces actes ont fortement influencé le monde de l‘art. J’avais envie de raconter, de façon millimétrée, ces mythologies brèves, qui, bien que décisives, restent inconnues dans leurs détails », résume Frank Perrin, le concepteur de cette websérie documentaire. Ainsi, du Rideau de fer, édifié en 1962 par Christo et Jeanne-Claude avec des barils de pétrole, rue Visconti à Paris. « Beaucoup n’en connaissent que la carte postale, mais qui sait que cette œuvre répond au mur de Berlin et qu’elle anticipe 1968 ? »

 

Telle une enquête et s’appuyant uniquement sur des archives (photographies, films, témoignages sonores…), Klash ! convoque autant d’indices et de preuves complémentaires permettant de reconstruire ces œuvres, éphémères et mythiques. L’identité graphique de la série, dynamique et urbaine, puise son inspiration esthétique tout autant chez les affichistes-décollagistes, comme Raymond Hains et Jacques Villeglé, que dans le Street Art d’aujourd’hui. Chaque épisode déroule l’histoire d’un acte artistique et déploie ses multiples dimensions, de l’intention au résultat, du geste à ses conséquences, toujours en résonance avec les préoccupations sociétales les plus actuelles telles que le questionnement de l’autorité, la critique du capitalisme, les féminismes, la crise environnementale. Ainsi contextualisé dans son époque, l’art en acte devient accessible et manifeste. « D’une liberté exemplaire, ces artistes agissent comme des trublions, analyse le producteur Gilles Coudert, et en même temps, ils pointent des choses essentielles ». « L’idée est que ces pastilles agissent comme des éveilleurs de conscience en touchant un large public. » complète François Combin, coproducteur de la série.

 

Une passionnante « collection d’art » dans l’espace public, récompensée en 2021 par le prix du meilleur projet documentaire français au Fipadoc, en partenariat avec le Centre national des arts plastiques (Cnap), avec le soutien du Centre national du cinéma et de l’image animée (CNC) et la participation du Centre Pompidou.

 

Au programme :

Je suis innocent, 2012, d’Adel Abdessemed
Quand la foi déplace les montagnes, 2002, de Francis Alÿs
VB 48, 2001, de Vanessa Beecroft
I Became a Secret Hippy, 1971, de Chris Burden
Le Rideau de fer, 1962, de Christo et Jeanne-Claude
Wheatfield, 1982, d’Ágnes Dénes
Tirs, 1961, de Niki de Saint Phalle
Xitle and Spirit, 2007, de Jimmie Durham
Ice Watch, 2015, d’Olafur Eliasson
Action Pants : Genital Panics, 1969, de Valie Export
Tierra, 2013, de Regina José Galindo
Bliza-aard Ball Sale, 1983, de David Hammons
Faust, 2017, d’Anne Imhof
A Needle Woman, 1999-2009, de Kimsooja
For Forest, 2019, de Klaus Littmann
Merda d’artista, 1961, de Piero Manzoni
Roland Garros, 2004, de Gianni Motti
Le Baiser de l’artiste, 1977, d’ORLAN
Le Cyclop, 1969-1994, de Jean Tinguely
Étude de Perspectives, 1995-2015, d’Ai Weiwei

 

© ARTE France / a.p.r.e.s production / Urubu films / Manifeste!

Category

# Architecture, # Art contemporain, # Installation, # Patrimoine, # Performance, # Sculpture, Kimsooja, Productions